Babyblues quand tu nous tiens : Une réaction post-natale « normale »

Babyblues quand tu nous tiens : Une réaction post-natale « normale »

Le babyblues c’est une réaction post-natale « normale »

Bébé est arrivé ! Sa frimousse (… un peu fripée faut le dire !), a émerveillé familles et amis venus vous voir à la mater’ ! Tout est donc magique, magnifique, vous avez le plus bel enfant de l’univers, vous n’avait pas eu d’épisiotomie, votre chambre est claire et calme… Ben ouais, sauf que vous, vous avez envie de pleurer tout le temps.

Vous êtes hyper-sensible (ouais on sait… c’est la chute brutale de ces foutues hormones…), mais pauvre Papa, il en prend plein la tête pour pas un rond…. Pareil si les copains qui ont apporté le super Doudou de vos rêves pour le petit Ange, vous parlent, vous questionnent, vous n’avez qu’une envie, chouiner, pleurnicher, les envoyer ch… balader….

 

Naissance : Babyblues quand tu nous tiens…

Eh les mamans ! Pas de panique, c’est le babyblues !

Cela arrive fréquemment après l’accouchement ; c’est une réaction post-natale « normale » qui touche presque 8 femmes sur 10.

Le babyblues ce n’est pas très rock’n roll ok, mais ce n’est pas grave.

Généralement il survient entre le 3ième et le 10ième jour après l’accouchement. La majorité des jeunes mères le « supporte » lors du retour chez soi. Par contre, si cet état dure au-delà de deux semaines, si les angoisses, les larmes et l’état vulnérable persistent, c’est peut-être autre chose, une vraie dépression. Il faut alors consulter.

 

Quid des réactions « babybluesesques » ?

Cette micro-déprime s’explique selon les spécialistes obstétriciens par différents facteurs.

Tout d’abord, la chute des hormones. Les œstrogènes qui ont battu leur plein pendant la grossesse, chutent d’un coup. D’où une fatigue plus ou moins intense, donnant un abattement et des impressions d’être « incapable » de subvenir aux soins et besoins de son enfant. En même temps… on serait fatigué à moins non ? Un accouchement n’est pas toujours une partie de rigolade !…

En corrélation, ces bouleversements physiques et physiologiques sont mal gérés par la maman. Accoucher, puis allaiter…. Cela ramène à un état primitif de mammifère, et ce n’est pas forcément l’image glamour de la jeune maman pimpante que l’on s’était faite… (vous voyez… l’idée d’être une « grosse vache »… Demandez à de jeunes mamans si elles n’ont pas ressenti ça ? !).

La mère a cette sensation de n’être qu’un « sein », après avoir été une « amphore » où s’est construit le Bébé… Pas très poétique tout ça… ! A ce stade la maternité ne revêt pas encore dans l’inconscient de la maman, ses côtés idylliques… Surtout lors des premiers jours où il faut apprendre à se réveiller toutes les 3 ou 4 heures pour donner à manger au « petit truc hurlant dans le berceau » ( !).

Enfin, et surtout, si c’est une première naissance, la jeune mère ne se sent pas capable, voire pas légitime, à apporter tous les soins dont le petit a besoin. Parfois, même la compréhension des pleurs, des mimiques, du sommeil est très obscur pour la nouvelle maman, et de ce fait… provocateur de stress.

 

Exit le babyblues, on va se dynamiser !

Quelques conseils simples suffisent à rassurer et à vite remiser au placard cette petite déprime post-partum.

Il faut, du repos ! Apprendre à se reposer, corps et cerveau ! A la clinique, privilégier les visites courtes, peu nombreuses. De retour chez soi, on laisse tomber le rangement de la cuisine, on profite des temps de sommeil de Bébé pour faire la sieste aussi. On délègue les tétées nocturnes à Papa ! Il sera ravi et on pourra dormir plus de deux heures non-stop ! (même si on allaite, avec un tire-lait, c’est trop fac’ !).

On s’aère ! On ne reste pas enfermer de peur qu’il ait froid, de peur que la nuit tombe trop vite de peur… De peur de rien du tout ! On sort en balade avec Mini, on prend la lumière du jour dès que possible si le temps le permet. On fait le tour du pâté de maison, on va au parc… On respire, on vit ! On ose aussi, prendre une matinée pour soi, pour aller chez le coiffeur ou aller au ciné ! Bébé, s’il a des couches de rechange, du lait pour le bib, peut très bien être gardé 4 heures par Mamie, Tatie ou Copine Valou !

 

Bref ! Ce n’est pas une maladie !

C’est un état de fait « normal », tout comme prendre plusieurs kilos durant la grossesse. Bébé et vous êtes en excellente santé, tout sera rentré dans l’ordre dès sa deuxième semaine ! Alors… let’s rock !

Voici pour finir une vidéo de “La maison des maternelles” sur ce sujet